Le 14 juillet, un exemple de marketing de contenu ?

La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, est un événement marquant de la Révolution française. C’est aussi un point d’ancrage pour la République naissante par opposition à l’Ancien Régime. Le 14 juillet, contenu marketing de la République ? On vous dit pourquoi en 4 raisons.

Le 14 juillet, exemple de marketing de contenu

 

1. Comme le marketing de contenu, le 14 juillet est porté par des rédacteurs de talent

Que s’est-il vraiment passé à la Bastille le mardi 14 juillet 1789 ? A vrai dire, pas grand-chose. Au matin du 14 juillet, la prise de la Bastille n’est pas l’objectif des révolutionnaires. Leur but est de trouver des armes pour alimenter la révolte. La foule marche sur les Invalides et se saisit de toutes les armes possibles. Mais la poudre à canon fait défaut. Une délégation est alors envoyée à la Bastille pour en exiger du gouverneur de la forteresse. Les négociations s’enveniment. La confusion règne. Et le peuple prend la Bastille. Fin de l’histoire ? Et bien, non, justement, le début. Pourquoi ? Parce que la République va s’empresser de faire de cet événement un symbole, un mythe fondateur. C’est là qu’interviennent les rédacteurs de contenus.

Qu’importe si la Bastille n’abritait que sept prisonniers de minable envergure et n’était défendue que par un seul régiment de Suisses, la République naissante a tout à gagner à magnifier, glorifier cet événement somme toute mineur. Aussi les rédacteurs de contenus de la République vont-ils rivaliser d’emphase (et d’un brin de mauvaise foi) pour faire de cette prise de la Bastille un symbole de la force de la République face à l’arbitraire royal.

Voici comment Michelet dépeint cette matinée du 14 juillet : « Le matin fut lumineux et d’une sérénité terrible. Une idée se leva sur Paris avec le jour, et tous virent la même lumière. Une lumière dans les esprits et dans chaque cœur une voix : Va et tu prendras la Bastille ! ». C’est beau, c’est vibrant, n’est-ce pas, ce peuple parisien qui se lève comme un seul homme pour attaquer la vieille forteresse ? Autre rédacteur de contenus de la République, Jean-Joseph Dussaulx publie en 1790 un Discours historique dans lequel il retrace l’histoire de la prise de la Bastille, n’hésitant pas, pour étayer son propos, à inventer des supplices qu’auraient subi les détenus. Une exagération un brin coupable mais pardonnable d’un point de vue marketing. On dira juste qu’il a bien ciblé ses personas et qu’il a compris comment susciter leur engagement.

 

2. Comme le marketing de contenu, le 14 juillet s’adresse à des personas clairement définissables

Si le 14 juillet est la pierre angulaire d’une stratégie de contenus réussie, c’est en grande partie parce que les directeurs marketing de la République ont parfaitement ciblé leurs personas. Quel sont les profils-type de ceux qui vont consommer de la Révolution et de la République ? J’en distinguerai deux.

Le premier, c’est le bourgeois lettré, éduqué mais privé d’accès aux privilèges de la noblesse. Il aspire à un mode de vie inspiré des Lumières, où les libertés individuelles seraient garanties et la propriété privée sacralisée. C’est typiquement le profil des principaux meneurs de la Révolution.

La deuxième persona à laquelle le content marketing de la République s’adresse, c’est le paysan qui s’oppose aux titres seigneuriaux qui établissent la domination économique et sociale de leurs propriétaires.

 

3. Comme le marketing de contenu, la prise de la Bastille s’accompagne d’un call-to-action très fort

Pour ces personas, non seulement la prise de la Bastille symbolise la victoire du peuple contre l’arbitraire royal mais elle vient surtout confirmer avec force que la victoire de la République est possible, si le peuple s’unit contre les privilèges.

Première grande victoire – symbolique, en tout cas – des révolutionnaires, la prise de la Bastille ouvre la voie à nombre d’autres insurrections populaires. En content marketing dans le texte, c’est comme si on avait écrit : « Avec la prise de la Bastille, nous avons ouvert une brèche dans la lutte contre le pouvoir monarchique. Unis, nous allons y arriver. Levez-vous, vous aussi contre l’arbitraire et les privilèges de la noblesse. » Si ça, ce n’est pas un bon gros call-to-action, je veux bien me faire moine. Et d’ailleurs, force est de constater que ça a plutôt bien marché puisque l’engagement contre les privilèges a été décuplé dans les villes et les campagnes françaises dans les semaines qui suivent la prise de la Bastille.

 

4. Comme le marketing de contenu, le 14 juillet a bâti une relation de long-terme avec son audience

Si vous êtes né comme moi au début des années 80, vous vous souvenez certainement des festivités du bicentenaire de la Révolution en 1989. Pantalon rayé, bonnet phrygien, vous avez peut-être chanté la Révolution avec la chorale de votre école municipale. Si le 14 juillet est commémoré aujourd’hui encore comme la fête nationale française, c’est aussi le fruit d’une stratégie de contenus réussie.

Si cet événement relativement minime a tellement imprimé notre imaginaire collectif et bâti une relation durable avec les habitants du pays, c’est parce que, depuis 1789, les content marketers de la République n’ont eu de cesse de produire des contenus qui renforcent son influence, comme le Discours historique de Dussaulx, l’Histoire de la Révolution de Michelet ou encore tous les manuels scolaires d’histoire produits par la République.

Exalter la Révolution, faire du 14 juillet un jour de fête nationale, voilà comment les tenants de la République s’y sont pris pour fidéliser durablement leur audience.

 

Vous voulez inspirer votre audience ? Vous voulez créer une relation durable avec vos clients ? Vous voulez augmenter vos ventes ?

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afficher les boutons de partage
Cachez les boutons de partage